fbpx

Le testeur logiciel, éternel incompris

Stéphane Djaha

Stéphane Djaha

On compte de nombreux métiers informatiques en software tels qu’architecte logiciel, intégrateur, développeur, ingénieur système, etc. Mais on entend rarement parler du métier de testeur qui est pourtant indispensable dans la conception du logiciel.

 

Le « Chasseur de bugs », voilà comment on le surnomme. Il a pour rôle de détecter les anomalies liées au fonctionnement d’une application informatique. Il est souvent employé chez des éditeurs de logiciel, ESN ou agences web. Membre de l’équipe projet, il a comme mission de s’assurer que la qualité du logiciel correspond aux attentes du client. Cependant, il est souvent incompris, voire mis à l’écart par les développeurs.

Incompris par son équipe

En effet, ces deux acteurs n’ont pas le même langage. Tandis que l’un parle de fichiers, classes et codes, l’autre parle de cas, besoins de test et scénarios fonctionnels. Aussi, les développeurs ont l’habitude de résoudre directement les bugs lorsqu’ils les rencontrent. Dès lors, ils ne trouvent aucune raison de faire appel à un testeur.

Bien ! Maintenant imaginons que vous soyez le concepteur d’un manteau. Après plusieurs tests effectués personnellement, vous décidez de lancer la production et de mettre le manteau sur le marché. Je peux vous dire que vous ferez beaucoup de pertes car tout homme a une RATIONALITÉ LIMITÉE. Malgré toutes vos connaissances et vos expériences, c’est certain que vous auriez oublié certains détails concernant : la nouvelle matière première utilisée par exemple, sa résistance à certains environnements, etc.

Le testeur est cette personne qui apporte une autre vision au projet en contrôlant des composants auxquels les développeurs n’avaient pas pensé. Il faut retenir une chose : « Le développeur teste par habitude tandis que le testeur teste par aptitude ».

Le testeur est confronté à de nombreux défis. En plus d’avoir un langage atypique, il doit savoir communiquer avec les autres membres du projet. Ce n’est pas facile de dire à un développeur : « Hey Pierre, il y a un bug d’usage sur l’appli ». Il est impératif d’utiliser une approche très diplomate. C’est pour cette raison qu’il existe souvent des frictions lors d’échanges avec les développeurs. Aucune personne n’aime entendre à longueur de journée qu’elle doit se corriger.

Incompris par sa direction

Les retards sont malheureusement fréquents dans la livraison de projets informatiques, et les raisons sont diverses. Elles peuvent provenir soit du client qui, à la dernière minute émet le souhait d’implémenter une fonction non prévue dans le logiciel, soit de la direction de l’entreprise qui fait souvent le choix de prioriser certains projets plutôt que d’autres. Dans la plupart des cas, pour se justifier d’un retard, la direction avance l’argument selon lequel des tests rigoureux doivent être faits afin d’évaluer la qualité du logiciel. Hélas ! Cela n’est pas toujours vrai. Dès lors, une pression extrême est mise sur le testeur afin qu’il réalise le maximum de tests en un temps très limité. Le travail du testeur a été plusieurs fois négligé dans les entreprises . La direction préfère avoir une série de résolutions de bugs après livraison du projet plutôt que de mettre la disposition du testeur un temps considérable . Il a été prouvé que plus un bug est corrigé tard, plus il coûte cher. De plus, toujours selon l’étude de Jones, dans 72% des cas, les défauts sont injectés en amont du projet (expression du besoin, documentation, conception). Une réalité à prendre en compte dans la gestion de son projet.

Incompris par son entourage

Le métier du testeur est inconnu du grand public car il n’est jamais mis en avant. On pense à tort que pour exercer ce métier, il faut peu de technique et de connaissances. Il y a une quinzaine d’années, il était retrouvé dans les profils de testeur des profils très variés comme des biologistes, des experts en base de données, des anciens développeurs. Aujourd’hui, il existe des formations qui conduisent directement au métier de testeur. Cela conduit les entreprises en lien avec certains organismes de formation à créer leurs propres programmes de formation en partenariat avec Pôle Emploi et les OPCO comme ATLAS. Vous pouvez donc vous reconvertir au métier du test via des Préparations Opérationnelles à l’Emploi (POE). Il existe également un Master 2 dédié au test logiciel ITVL qui est aujourd’hui le seul diplôme certifiant en qualité et logiciel offert par Polytechnique Angers et l’Université de Besançon. Dans un prochain article, Nathalie, notre CEO vous racontera comment elle a eu la chance de faire partie de la première promo, son expérience et comment faire pour réussir ce diplôme.

Ces nombreuses exigences du testeur démontrent que ce métier est très important, non seulement pour s’assurer de la qualité du logiciel mais pour la réussite du projet dans sa totalité. Je n’arrive pas à comprendre les ESN qui disent ne pas avoir besoin de testeurs ou d’une stratégie de test bien rodée.

Même dans notre vie quotidienne nous faisons des tests à chaque niveau, voyons quelques exemples :

  • Entretien de recrutement -> Test
  • Dépistage médical -> Test
  • Essai avant achat (biens & services) -> Test
  • Fiançailles -> Test (Ah Oui !)
  • Examen final à passer -> Test

Un métier passionnant

Si vous choisissez ce métier et que vous discutez un développeur, vous entendrez certainement « Ah je ne pourrai jamais faire ce que tu fais ! » (vécu) mais vous pourriez avoir également « C’est super de pouvoir collaborer comme ça » sur un projet DevOps. Vous aurez certes des personnes qui auront des difficultés à comprendre l’intérêt de votre métier soit dans votre entourage soit dans de petites entreprises. Néanmoins, en travaillant sur différents projets, vous en comprendrez l’essence quand la qualité s’améliorera (vive les indicateurs ou KPIs !) et le nombre de défauts diminueront au fil des versions, quand votre client vous enverra un mail de félicitations. 

Suivez l'actualité et les tendances du testing !

Partager cette publication

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bitoo

Bitoo

error: Ce contenu est protégé !!
Aller au contenu principal